L’AGORA, espace de liens sociaux

À travers les âges, de la Grèce antique à la place du kiosque à Sète, l’agora est indispensable aux citoyen.ne.s pour tisser dans l’espace public les liens sociaux de la démocratie.

L’Agora antique

Agora est un terme grec désignant dans l’antiquité l’assemblée du peuple et par extension la place publique où les citoyens ordinaires et le Conseil se retrouvaient autour du marché et des institutions sociales, politiques et religieuses de la Cité. 

Zeus agoraios, dieu de la parole et du débat, inspirait l’agora par son esprit et sa fonction. Il contribuait ainsi à triompher des Erinyes vengeresses et de leur violence en associant la rhétorique et le débat à l’organisation de la vie démocratique de la Cité. 

Telles étaient les vertus de l’agora. 

L’Agora de nos jours

Dans les cités contemporaines, l’agora demeure tout aussi essentielle aux liens sociaux et au bien-être. Les citoyen·ne·s s’y croisent, s’y donnent rendez-vous, s’y rencontrent pour échanger informations, idées critiques et constructives, plaintes et confidences, désirs et projets de mieux-être et d’un monde meilleur… S’y côtoient ami·e·s et connaissances, inconnu·e·s et étranger·e·s, tous les milieux et tous les âges. 

Un environnement de qualité, verdoyant et arboré, loin des nuisances de la circulation motorisée, peut offrir le calme et la beauté, la fraîcheur en été et la présence de la nature en cœur de ville. Les terrasses des cafés, accessibles à presque toutes les bourses, y ont leur importance particulière bien sûr, tout comme les bancs publics des places et des jardins. Les lieux culturels tels que les cinémas et les médiathèques sont également précieux. Ils alimentent maintes conversations et échanges critiques entre amateurs et amatrices autour d’œuvres cinématographiques, artistiques, littéraires… Quel bonheur de passer un moment tranquille à regarder un bon film ou à feuilleter les journaux et les magazines d’un confortable salon de lecture, immergé·e dans l’atmosphère réfléchie et vivifiante du cœur de la cité. Pour animer l’agora, les commerces, les marchés de plein air ou couverts, les boutiques diverses et les rassemblements festifs ou contestataires ne sont pas en reste. 

L’agora à Sète

Où trouve-t-on l’agora à Sète ?   

Pour ne parler que du cœur de ville, citons le parvis des halles, la place de la mairie, les bars et commerces des quais et des rues piétonnes, le superbe parc Simone Veil et l’incontournable place Aristide Briand, dite place du kiosque, qui réunit à elle seule les multiples atouts d’une agora.  

Mais cette place du kiosque est sérieusement menacée et pourrait être dramatiquement et misérablement saccagée par un projet absurde : la construction d’un énorme parking souterrain, qui détruirait, pour 2 ou 3 ans de travaux, toute vie publique dans cet espace, élaboré au fil du temps, avec ses institutions et ses richesses humaines, sans pouvoir affirmer que tout ce tissu social se remettrait en place de sitôt. Les commerces, le marché du mercredi et la brocante du jeudi, les cinémas, les terrasses des bars et restaurants, les amoureux des bancs publics et les citoyen·ne·s… sont inquiet·te·s et désolé·e·s de ce projet d’un autre temps, envisagé pour des raisons obscures, au mépris de toute concertation réelle. 

Passons rapidement sur les conséquences nocives qu’il entraînerait en drainant massivement des voitures vers le centre-ville, alors que des alternatives véritablement écologiques existent ; ce n’est pas notre propos ici. 

En revanche, ces grands travaux aggraveront ce que nous vivons en cette période de pandémie, avec toutes les mesures gouvernementales de « distanciation sociale » prises pour des raisons sanitaires, mais qui impactent fortement la vie sociale en limitant les échanges, rassemblements et actions collectives. N’est-ce pas là ouvrir la voie aux atteintes à la liberté et à la démocratie, valeurs précieuses et qui demeurent vulnérables.

Alors, défendons vigoureusement et localement notre agora. Soutenons le collectif « Bancs publics » et son association, qui s’insurgent contre ce projet rétrograde, suivons leurs actions et espérons, sans nous résigner, un avenir plus lumineux. 

Pétition en ligne : https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/projet-parking-souterrain-place-kiosque-sete/161546

Ce combat de défense de l’agora et de l’environnement est également celui de l’association « le jardin du 2 », jardin situé 2 rue Marceau à Sète, également menacé par un projet immobilier et qui pourrait au contraire devenir un espace ouvert au public, tant par la réhabilitation du bâtiment remarquable qui s’y trouve (salles pour les associations, maison de quartier, clubs pour les jeunes…) que par l’ouverture du jardin arboré aux habitant.e.s du quartier.

Pétition en ligne :https://www.change.org/Sauvez-le-2-et-son-jardin

Chaleureux salut, républicain et fraternel 

A propos de Le chardonneret 6 Articles
Le chardonneret est un petit passereau chanteur au plumage coloré. Il intègre dans son chant les sons de son environnement et imite parfois même le chant d'autres oiseaux. C'est ainsi que le chardonneret du littoral se distingue de celui de la montagne ... Son chant est si réjouissant que, comme le canari, il séduit des passionnés, malheureusement !