ImageSingulières, demandez le programme !

Après deux éditions confinées, ImageSingulières fait cette année un retour remarqué aux Chais des Moulins, lieu fétiche, qui sera (enfin !) à nouveau le cœur battant du festival.

Programmation très alléchante pour la 14e édition du festival de la photographie documentaire ImageSingulières qui se tiendra du 26 au 12 juin aux Chais des Moulins. Avec un retour remarqué du côté festif de l’évènement, notamment à son ouverture du jeudi 26 au dimanche 29 mai.

Au programme durant ces quatre jours : musique, rencontres-débats, projections et expositions. Celle de Myriam Boulos, jeune photographe libanaise de 30 ans qui a rejoint récemment l’agence Magnum, met l’accent sur l’histoire récente du Liban, marqué par l’explosion du port de Beyrouth. L’occasion de mettre en perspective l’histoire du Liban et de comprendre pourquoi ce pays en est arrivé là. Autre moment fort : la scénographie « assez impressionnante », d’après Gilles Favier, directeur artistique du festival, de « Fragiles » du collectif « Tendance Floue » , un collectif de 16 photographes français primés internationalement, soutenu par le Ministère de la Culture. Ils ont choisi Sète plutôt qu’ Arles et seront aussi exposés sur le parvis de la gare de Lyon pendant 3 semaines (www.tendancefloue.net). Sans oublier une carte blanche au fameux graphiste parisien Dugudus qui fera parler les murs des chais.
C’est nouveau : ImageSingulières prend ses aises pour la première fois en dehors de Sète. Avec au jardin antique méditerranéen de Balaruc-les-Bains, l’exposition « Paysannes » d’Alexis Vettoretti, sur ces femmes âgées qui se retrouvent seules dans les campagnes, après la mort de leur mari. Au musée ethnographique de l’Etang de Thau à Bouzigues, Sébastien van Malleghem a notamment plongé avec des baleines et des orques et rassemble là des photos prises dans différents endroits de la planète pour une série sur la force et la beauté de la nature
Au Centre photographique, qui a profité des différents confinements pour s’agrandir, trois expositions jusqu’au 14 août : celle de Laurent Elie Badessi avec la série « l’Age de l’innocence », s’intéresse au rapport des jeunes américains avec les armes. De très belles images glacées et glaçantes », explique Gilles Favier. A l’étage Gabrielle Duplantier, est la 15e Invitée en résidence, avec un travail poétique en argentique et en noir et blanc sur Sète. Et sur la façade du centre photographique : « New wave », des dytiques du franco-anglais Raphaël Neal sur les jeunes et l’état de la planète.

© myriam Boulos-Magnum
©Alexis Vettoretti

©Laurent Elie Badessi

©-Tim-Franco-

Et aussi :
-A la chapelle du quartier haut. « A tree call home » du suédois Kent Klich, un ancien de l’agence Magnum. Il a réalisé avec beaucoup de pudeur durant 20 ans des images magnifiques dans un hôpital psychiatrique en ex-URSS.
-Salle Tarbouriech. « Faire face, histoire de violences conjugales » un projet photographique mené entre 2018 et 2022 par Camille Gharbi sur la question des violences faites aux femmes, abordée sous trois angles différents.
-Au Rio, Patrick Wack, nous emmène avec « Dust » dans la région autonome Ouïghoure du Xinjiang, en proie à une répression féroce des autorités chinoises.
-A la Gare : de très beaux portraits au polaroid de Coréens du Nord qui ont passé la frontière clandestinement par Tim franco, un franco-polonais, installé à Séoul.
-Pour les projections :
Rendez-vous au chai des Moulins à 21H30 les 26, 27 et 28 mai.

-Concerts au chai des Moulins :
Le 23 mai à 19H30 Tony Truant & les solutions du sud profond.
Les jeudi 26 et vendredi 27 mai, DJ set de 23H à 1H30 avec radio Muge, la joyeuse web radio locale et associative.
Le 28 mai, soirée inédite made in Beirut. De 20H à 21 H Chic type warm up et de 23H à 2H30 soirée orientale avec Red Lebanese Dj set.
Entrée libre et gratuite.