La nuit du patrimoine

Un cauchemar imposé à la population sétoise ce jeudi 14 septembre 2022, par le maire de Sète François Commeinhes et le préfet de l’Hérault Hugues Moutouh : Vers 5 heures du matin, les travaux pour palissader la place Aristide Briand ont commencé sous très haute protection policière, en interdisant dorénavant totalement l’accès.

On ne pourra s’empêcher de penser que ces deux vieux mâles blancs qui se connaissent probablement bien et depuis bien longtemps (le préfet faisait partie du cabinet de Sarkozy lorsque le maire était sénateur UMP) ont arrangé leur vilaine tambouille ensemble.

François Piettre, le secrétaire de l’association Bancs Publics, explique : le Maire en profite. Hier il sort son arrêté de fermeture de la place. C’est un arrêté normal… quand on fait un chantier, on met un panneau « Interdit au public  » C’est normal, c’est la loi. Sauf que là c’est jusqu’en 2024. Et comme il risque d’y avoir des manifestations sur la place, la Police ferme la place. C’est une opération de maintien de l’ordre, le maintien de l’ordre, c’est le boulot du Préfet. C’est son métier. Et derrière cette opération de maintien de l’ordre, le Maire en profite pour continuer les travaux, faire poser les palissades, etc. »

François Piettre poursuit : « Nous avons déposé un référé suspensif, normalement, les travaux ne devraient pas continuer (dans l’attente et le respect du jugement, ndlr) et un référé liberté, c’est un référé contre les atteintes aux libertés publiques, et là, on estime qu’il y a une atteinte à la liberté des citoyen·ne·s, fermer une place comme ça pour des travaux qui n’ont pas commencé. Ce que je vais ajouter, c’est que maintenant, on dépose des procédures, et on ne va pas arrêter. On en perdra certaines, je ne sais pas combien de temps ça prendra, il est possible qu’on perde certains morceaux de la Place, mais le Parking ne se fera pas. C’est infaisable. Infaisable, techniquement et juridiquement. C’est tout ce que je peux dire. Donc ça, c’est d’un point de vue juridique, hein, c’est pas d’un point de vue moral. Le droit et la morale, c’est pas pareil. »

À midi, toutes les palissades sont posées, la Place verrouillée. Vite fait bien fait, sans heurts, sans blessés qui auraient fait désordre aux yeux des Sétois·e·s, et accessoirement, participé à dégrader l’image de la police municipale. Le référé suspensif déposé par Bancs Publics sera jugé le 30 septembre.

Un concert de Petit Kopeck aura bien lieu Samedi, journée du Patrimoine. Initialement prévu sous le kiosque, ainsi qu’une interprétation des Oeuvres de Francke, l’heure et le lieu restent à préciser.

A propos de Xénia Marcuse 49 Articles
Autrice de théâtre, jardinière, cycliste, scénographe, peintre décoratrice, nageuse, citoyenne sétoise, Xenia Marcuse est aussi co-fondatrice de L'ancre.