Un conseil municipal théâtral

Lundi 20 novembre, un conseil municipal alternatif s’est tenu à la salle Tarbouriech du Théâtre de la Mer. Du grand art. Petit compte-rendu pour celles et ceux qui n’y étaient pas.

18.30, toutes les chaises sont prises, on s’active pour en rajouter, sous l’oeil goguenard du Maire, très chic pour la circonstance, cravate rouge et boutons de manchettes. A sa gauche, adjointEs et conseillerEs ; à sa droite, les 4 éluEs d’opposition qui sont à l’origine de cette proposition inédite à Sète. Le public frétille, on échange des rires, on se régale d’avance.

Le maire prend la parole. Mais aussi tous les membres du Conseil et, grande nouveauté ! le public. invité à donner son avis, à être force de proposition.
Seront ainsi expliqués, débattus et votés, de manière fictive, la modification partielle du PLU autour des Boulevards de Verdun et Camille Blanc. Le rapport d’activité de la S.A. Elit. (Ouille !) Le rapport d’activité de la SPLBT. (Aie!) Et bien d’autres points incrits à l’ordre du jour.

On parlera du taux d’occupation faible des parkings souterrains, même au plus fort de l’activité estivale, chiffres du site Feliccita (gestionnaire des parkings) à l’appui. Un taux d’occupation très faible qui ne peut justifier le creusement du parking Aristide Briand, mais qui (rassurez vous !) sera bientôt amélioré par la suppression progressive du stationnement gratuit dans la ville. Tiens ! On annonce aussi que l’entreprise en charge des travaux réclame 3 M supplémentaires pour la poursuite du chantier.

On évoquera le prolongation du Bd Jean Mathieu Grangeant et les 200 pins du Mont St Clair qui seraient sacrifiés (un serpent de mer sétois). La Mairie s’est-elle pourvue en cassation ? Le mystère demeure entier.
On se demandera s’il est bien raisonnable de construire dans la ZAC est, rive-sud, une Tour de 9 étages et de 26 m de haut, et une autre, que le Maire qualifiera de « phare », de 15 étages et 50 m de haut.

On parlera éclairage public : Quelle est la qualité du matériel utilisé, et la longévité espérée ? Pour quelles économies ?

©l’ancre. Les éluEs d’opposition. Pardon pour la piètre qualité des photos, pas entièrement imputable à l’éclairage de la salle Tarbouriech.

On parlera mobilités douces, ouverture des commerces 14 dimanche par an. On se demandera encore si les bains douches (de la place Stalingrad ) vont être transférés ou purement et simplement supprimés. Dans le public, on racontera la gestion désastreuse du nouveau centre commercial de l’Ile de Thau, les chutes à vélo imputées à l’état desastreux de la voirie sétoise, les promesses non tenues. (Pour les promesses, le Maire dira « elles ont été faites avec les élections ». Rires dans la salle. )

Tous les points traités ce soir là, étaient à l’ordre du jour du Conseil Municipal qui se tenait au même moment en mairie. Sans public, sans véritables débats contradictoires. Et, naturellement, sans humour.

Un franc succès

De l’avis général, cette première édition sétoise d’un Conseil Municipal alternatif est un franc succès. Une belle façon de faire de la politique. Non seulement par la qualité de l’exercice démocratique, des informations, des avis, mais aussi par la théâtralisation de la séance.

Personnellement, je n’avais pas assisté à un aussi bon spectacle, aussi drôle, aussi Raimusien, depuis longtemps. Nous avons beaucoup ri. Et ce malgré le dramatique de la gestion municipale affairiste, la détérioration de la qualité de vie de la population, la destruction de notre patrimoine écologique et social.

Une initiative qui dérange.

Une prochaine séance publique est prévue, en décembre, avant le vote officiel du budget. Nous vous tiendrons au courant dès que la date sera confirmée et nous vous encourageons à y assister. Nul doute que l’initiative dérange, comme en attestent les communiqués de différents élus (d’opposition) qui s’indignent au nom de prétendues valeurs républicaines. A croire que l’expression démocratique n’est pas une chose sérieuse, ni républicaine.

« … Ces valeurs de la République, nous les avons également défendues (…) par notre présence au Conseil Municipal. Bien que nous ne validions pas le mode de gouvernance du maire, et les restrictions dans l’accueil du public lors du conseil municipal, il demeure le lieu légitime du débat entre les élus », écrivent frileusement Laurent Hercé et Philippe Carabasse dans un communiqué de presse. Quel dommage.

Sans surprise, lors d’une intervention en séance, Sébastien Pacull, élu RN, compare les éluEs « d’extrême gauche » à un « fruit pourri » et demande que tout soit mis en oeuvre « pour que d’autres initiatives de ce genre ne se reproduisent pas. »

On ne peut que souhaiter, très vivement, le contraire.

A propos de Xénia Marcuse 65 Articles
Autrice de théâtre, jardinière, cycliste, scénographe, peintre décoratrice, nageuse, citoyenne sétoise, Xenia Marcuse est aussi co-fondatrice de L'ancre.