Olivier Martinelli : écrivain de la sincérité.

C’est de la douceur et une sagesse incommensurable qui se dégagent de cet écrivain, artiste Sétois. J’ai toujours vu Olivier Martinelli en jeans et baskets, homme nous faisant partager son écriture, son univers, de façon posée, avec sa vérité et sa sagesse, sur fond de rock. Une rencontre.

Olivier Martinelli Ecrire pour Vivre

” Je me sentais indestructible. J’étais fort, rapide et coureur de fond. C’était comme si toute matière qui me constituait entrait en résonnance avec la musique. Et ce soir j’étais prêt à pardonner à tous ceux qui m’avaient fait du mal. Par leur absence, leur façon de m’oublier. Je crois bien que j’étais prêt à me pardonner à moi même.” Mes nuits Apaches 2019.
Après avoir envisagé d’être footballeur professionnel ou musicien de rock, Olivier Martinelli est devenu écrivain. L’Algérie, l’exode, le rock de sa jeunesse et d’aujourd’hui, et puis des écrivains :
Louis-Ferdinand Céline, JD Salinger, John Fante, Charles Bukowski comptent parmi ses influences majeures. Son 4ème Roman publié en 2011 La nuit ne dure pas (recréant, en fiction, les mythologies intimes et collectives d’ un groupe de rock bien réel, Les Kids Bombardos) lui offre une reconnaissance nationale -et le prix du Salon du livre de Deauville 2012. Ce succès s’est confirmé en 2017 avec l’homme de Miel. Olivier Martinelli y aborde le sujet de la maladie. Mais ce n’est pas un texte pénible, bien au contraire. Sa très belle écriture, simple et poétique et son humour affûté emplissent ces quarante-neuf courts chapitres d’une énergie absolument positive. Le résultat c’est un beau livre, de ceux qui parlent facilement à tout le monde et qui touchent en plein cœur. Un message important et assez simple finalement : face au pire, tout ce qu’il reste à un homme, c’est vivre et traverser la tempête. Il nous parle donc du sens de la tempête, et nous dit qu’on est plus tout à fait soi-même ou plus tout à fait le même, après cette traversée.
J’allais lui montrer ces drôles de nuages quand je me suis aperçu qu’ils avaient disparu. Il n’en restait rien. Rien qu’une inquiétude diffuse striant le bleu profond du ciel. Le froid m’a fait frissonner. Instinctivement, mes enfants se sont blottis davantage contre moi. Ils ont enfoncé leur chaleur et leur futur immense tout près de mon âme. De leurs petites mains, ils ont attrapé mon cœur. Ma peur a volé en éclats” . L’homme de Miel 2017

En 2020, il bouscule les genres avec un diptyque classé héroïc-fantasy: Le livre des purs le tome 1″ le roi des krols” sera suivi de “l’enfant guerre” en 2021. C’est un récit initiatique, une quête tissée sur les motifs chers à Olivier Martinelli : la famille, la figure paternelle, la fratrie et le féminin. Un Univers créé pour son fils Dan, féru du genre. Un univers où des peuples isolés sur des îles, confrontés à une menace commune, et portés par une mémoire commune, s’unissent pour affronter de féroces guerriers. On se laisse emporter dans cette frénésie guerrière orchestrée par Olivier Martinelli qui ne laisse aucun répit ni à ses protagonistes ni à ses lecteurs. Il nous livre un gigantesque champ de bataille et nous abreuve de bravoure, d’audace, d’attaques, de défenses, de folie, d’exploits, d’union, d’ingéniosité, de témérité, de mort, de férocité, de courage, d’alliances, de trahisons, de victoires, de défaites, de famille et d’amour. En filigrane, Olivier Martinelli nous parle de l’importance de l’union dans l’adversité, de l’égalité de traitement entre les peuples. Pour l’auteur seuls les actes comptent et il place l’écriture au service de l’histoire.

Olivier Martinelli et l’art

Olivier Martinelli est toujours là où on ne l’attend pas. En 2014, a débuté un duo d’ artistes avec son ami Eddie Morano artiste peintre Sétois, à la Chapelle Saint Hyppolyte à Loupian. Deux formes d’ expressions reliées, l’écriture et la peinture pour aboutir à” l’ hypothèse du contenu ,Here are you the young Men “. En 2016 ils partagent à nouveau leurs créations , avec l’exposition “the Abel et Cain Symphony”. L’écriture est percutante, comme des vignettes émotionnelles sous les tableaux du peintre. Ainsi, l’écriture de Martinelli rentre en résonance avec la peinture dans une similitude d’univers.

La Foire aux Immortels . © A WAGNER

Olivier Martinelli, un sage ?

Olivier Martinelli c’est d’abord l’homme de son époque, qui allie le rock, l’écriture et la vie. Il écrit d’ailleurs comme on se sauve, dans une fureur de vivre. Conforme à son éthique, il allie dans ses textes la conscience de soi et des autres, la tempérance, la sincérité et le discernement. Au travers de ses passions, il accorde actes et mots. Mais aussi le doute, le doute d’être. Cet homme, entre sagesse et rock, est porté par son don de l’écriture, et c’est au travers de ses traits d’écriture, empreints de puissance, que l’on perçoit son trajet, et que se devinent, l’homme et l’écrivain .